Comment j’ai décidé de construire une fusée en coaching? #2

Coaching et entrepreneuriat social au Népal

Quels sont tes centres d’intérêts ?

Dans tout ce que j’entreprends, je suis passionné. L’humain et les relations sont au cœur de tout ce que je fais. J’aime découvrir de nouvelles choses. J’aime (beaucoup) la moto (oui, certains entendent déjà le bruit du trois cylindres Triumph !), les voyages, la musique (assez poussive), l’écriture, le street-art, découvrir de nouvelles cultures, et partir méditer ou vivre des expériences en mode aventure au bout du monde 🌎

Quels sont les moments les plus forts que tu aies vécu à l’IICH ?

De manière générale, à chaque fois que l’un de nos clients ou patient s’autorise à accéder à sa vulnérabilité pour être pleinement lui-même et donner du sens. Le « kiff », c’est aussi de constater que les entreprises que nous accompagnons continuent de croître et de se développer des années après notre première intervention. Je suis aussi touché quand nos clients nous considèrent vraiment comme un partenaire, plus qu’un fournisseur, pour tous les sujets traitant à l’humain.

Nous avons naturellement orienté les activités de RSE de l’IICH sur la thématique de l’entrepreneuriat social. Cette thématique semblait évidente car elle déclinait naturellement de nos 4 valeurs : l’esprit d’entreprendre, l’humanisme, l’innovation et l’éthique. Au Népal, nous avons construit des partenariats avec des structures locales établies et nous avons coaché et formé les équipes et les entrepreneurs pendant plus de 5 ans : CDN et leurs entrepreneurs, Samata l’école des bambous, Tribhuvan University avec la formation des étudiants à l’hypnose pour mieux gérer les stress-post traumatique après le séisme, APC, Ama Samhua, Kathmandu Circus, Association népal… Puis, je suis aussi très heureux de ce partenariat que nous avons tissé avec Singa Finkela à Lyon. Nos étudiants en coaching accompagnent les entrepreneurs nouveaux arrivants dans leur projets entrepreneuriaux. C’est pour moi un partenariat engagé et porté par le sens.

Pourquoi écrire des livres ?

Je crois que c’est un moyen impactant pour transmettre. C’est aussi une manière d’exprimer les différentes facettes de ma pratique de l’accompagnement. J’écris souvent en mouvement, lors de mes pauses entrepreneuriales. Non, ne l’insistez pas ! Je ne vous dirais pas où se trouve le lieu le plus propice à l’écriture 😊

Écrire, me permet aussi d’apporter une dimension innovante dans nos formations. Personnellement, je suis très inspiré par les « vieux livres aux pages jaunies », et l’esprit des pionniers… Aussi, quand j’écris, mon intention est vraiment de challenger ma pratique, de transmettre et de favoriser les approches intégratives de l’accompagnement. Si vous avez déjà lu mes livres : Dialogue avec l’inconscient, Recruter, manager et coacher par les valeurs et le sens, Influencer le changement (Hypnosis Coaching ® : Hypnose conversationnelle et communication hypnotique), vous me direz si c’est ce que vous avez ressenti ! 🤔

Pourquoi avoir créé récemment une seconde entreprise ?

L’envie de partager, d’innover et d’expérimenter de nouvelles choses.

Napyo signifie « Mesure » en népalais. J’ai fondé la société avec un autre tigre, Florian Truchot qui possède un mindset très proche du mien : vitesse, passion, profondeur, exigence et expertise. J’ai la sensation qu’on se complète bien.

J’ai construit l’HOVTA® sur la dimension humaine et psychologique, et je m’occupe de la dimension commerciale, tandis que Florian déploie son expertise dans la conception des algorithmes et leur maintenance. Aussi, nous construisons des assessments sur-mesure à destination des entreprises.

Par exemple, si vous souhaitez développer un outil sur-mesure pour valider le recrutement de candidats pour votre entreprise, nous savons faire.

Nous pouvons aussi facilement mesurer l’évolution des niveaux de compétences dans le cadre d’un processus RH de gestion des compétences ou de développement des talents.

Nous pouvons aussi faciliter l’orientation d’étudiants dans le choix de leurs études et dans le choix d’un cursus dans une école de commerce. Notre processus d’accompagnement se déploie en 5 étapes : la compréhension de vos besoins et de vos enjeux, l’audit de votre métier, la construction des questionnaires, le développement des algorithmes avec la restitution sous formes de rapports, et la formation aux outils avec la mise à disposition de la plateforme d’assessments.

Facile, non ? 💡

Pourquoi est-ce qu’on t’appelle le tigre ?

Rires… Au-delà de ma passion pour la moto et les trails aventure de Triumph, je crois que c’est pour mon agilité. Émilie qui a intégré la team IICH m’appelle souvent le tigre blanc qui renvoie à un tigre agile, atypique et « sage ». Et, moi, j’appelle Florian, mon associé au sein de Napyo, le tigre fluo par sa capacité à innover et à se démarquer. Ne lui dites-pas ! C’est un secret ! 😉

Quelles ont été les plus grandes difficultés ?

La croissance 😊

Je n’ai pas pensé que chacune des actions que j’ai entreprises allaient porter des fruits durables. Aujourd’hui, nous sommes spécialisés dans l’accompagnement des entreprises en hypercroissance.

J’adore voir les membres de l’équipe engagés et épanouis.

Aussi, il y a eu des moments forts de cohésion mais aussi des moments très durs et apprenants lors de fins de collaborations. J’ai beaucoup appris et je suis heureux d’avoir pu trouver les ressources pour rebondir rapidement tout en continuant de souhaiter le meilleur et l’épanouissement aux anciens collaborateurs.

Paradoxalement, ce n’est pas la dimension du développement de chiffre d’affaires qui était le défi, mais plutôt le fait de pouvoir co-construire une équipe d’intrapreneurs engagés sur la durée. Ces évènements nous ont permis de renforcer l’esprit IICH et d’affiner nos critères de recrutement et de collaboration. Tous les collaborateurs passent notamment l’HOVTA ® pour valider les motivations et les savoir-être attendus au sein de la dream team.

Aussi, durant 3 ans, j’ai travaillé à dépersonnaliser la marque IICH, qui était souvent associé à moi (malgré moi), afin de permettre de valoriser l’équipe et déléguer plus facilement nos interventions auprès des clients à mes collaborateurs tout en ayant la même qualité d’intervention.

Aussi, nos intervenants sont maintenant sélectionnés sur le volet. Au fil des apprentissages, nous avons élaboré une grille de type « Go » ou de « No Go » que nous utilisons pour valider un recrutement, un partenariat, ou une collaboration, à partir de critères sur les compétences, les savoir-être, les valeurs et l’engagement.

Ainsi, nous allions la tête et le cœur dans nos recrutements. Nous vous dirons les résultats dans quelques années !

Quelles sont les forces de l’IICH ?

Souvent, nos clients m’expriment qu’ils se sentent tellement en confiance avec nous qu’ils peuvent s’autoriser à se sentir vulnérable et aborder des sujets intimes et profond. Bien que cela fasse partie de l’attitude du coach ou du thérapeute, je pense que c’est un trait de notre ADN humaniste.

Puis, en repensant aux feedbacks de nos clients, je dirais : la congruence, les relations humaines, la fiabilité, l’authenticité, l’expertise, l’engagement, l’agilité, et l’enchantement client.

Quel est ton plus grand défi ?

Hum… bonne question.

Je dirais : Accepter que certains de mes patients ne sont pas prêt à changer ; et plus généralement que certaines personnes ne veulent peuvent pas ou ne veulent pas évoluer.

D’un point de vue collectif, cela peut s’exprimer par une approche plutôt passive et plaintive face à la vie.

À l’IICH, nous sommes plutôt orientés solution, synergie et collaboration. En lien avec les propos de l’économiste Nassim Taleb, nous sommes « soul in the game » et « skin in the game ». Nous mouillons la veste et, par nos compétences, nous engageons pour des valeurs humaines fortes.

Puis, en croissance, le défi actuel est de dégager plus de temps pour reprendre l’exploration et équilibrer le temps perso. C’est pour cela que je travaille à la constitution d’une Dream Team autonome !

Alors, pourquoi fusée et un équipage d’astronautes ?

Probablement que les voiliers étaient un peu trop lents ! (rires)

Depuis gamin, j’ai toujours adoré les fusées et navettes spatiales. Je trouvais incroyable que l’homme puisse aller explorer le système solaire… Prouesse technique, mais aussi humaine. Les astronautes sont des experts surentraînés. Aussi, ils allient expertise mais aussi hygiène de vie mentale et physique pour faire face aux imprévus de leurs missions. Ils sont aussi étroitement reliés aux équipes d’ingénieurs et de techniciens restés au sol. Interdépendants, les astronautes travaillent avec ceux qui restent à la base. Sans eux, ils ne peuvent mener à bien leur mission.

Aussi, recruter des astronautes et un personnel au sol aussi fiable n’est pas facile !

Il s’agit de profils différents, atypiques, et tout aussi engagés envers la Raison d’être et les missions de l’entreprise. De plus, leur alliance de confiance doit être forte pour permettre

Nous recevons beaucoup de candidatures spontanées pour devenir astronaute. Ça fait envie !

Mais, en réalité, quel que soit le poste, embarquer dans la fusée IICH est exigeant et engageant. #soulinthegame Une fois dans la team, on mouille la veste les uns pour les autres.

Aussi, mon superviseur en coaching dirait que nous recrutons le « One in a million »

Tant pour le recrutement de nos collaborateurs que celui de nos étudiants, nous avons beaucoup de demandes pour peu de validation.

Quand on est astronaute, il n’y a plus de chemin de retour en arrière. C’est l’ « overview effect » dont parle Thomas Pesquet. Il s’agit d’un choc cognitif qu’expérimentent les astronautes lors d’un vol spatial. En observant notre planète, à distance, ils prennent conscience de la beauté et la fragilité de notre planète bleue perdue dans le vide de l’univers. Les astronautes sont impactés d’un point de vue sensoriel, émotionnel et spirituel. Aussi, leur existence est profondément bouleversée, en intégrant une dimension plus spirituelle de la vie.

À l’IICH, nos astronautes sont connectés à cette mission de vie : favoriser le développement du potentiel humain. Pour nous, cet « overview effect » est intérieur. Il passe par un profond travail sur soi et par une quête de sagesse. Aussi, au sol, nous avons une équipe de talents en back-up avec Servane la Ninja et Marina. Cette équipe au sol permet à nos astronautes (coachs, formateurs et thérapeutes) de mener à bien leur mission et de revenir à la base.

Pour mieux comprendre, je vous invite à lire l’article de Gabriel dans lequel il explique son choix de rejoindre la team IICH.

En résumé, faire partie de la team IICH, c’est choisir une manière d’entreprendre sa vie.

Un conseil pour nos lecteurs ?

Osez travailler sur vous-même ! C’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire. C’est aussi le plus beau cadeau que vous puissiez faire au monde !  En étant plus conscient, on devient plus responsable et plus juste dans notre relation à l’autre et au monde. Nos comportements favorisent le soin de l’autre et de notre planète. Tout est possible ! Révélez-vos talents ! Osez choisir un thème qui vous est cher, puis, faites-vous confiance et foncez ! 🚀

Au plaisir de vous rencontrer en formation, en coaching ou lors de l’une de nos conférences.

Aller plus loin sur le thème de Coaching